2 erreurs dans la préparation du Shaker après entrainement et solutions

0
meilleur-shaker-smoothie-post-workout

Je sais que vous adorez votre shaker après l’entrainement. Mais mal préparé il pourrait nuire à votre diète. Je vous propose de voir ensemble 2 erreurs commises lors de la préparation de votre shaker/smoothie et les solutions pour les corriger !

Un shaker post-workout de protéine est la base de la nutrition de récupération dans le monde du fitness.

Quelle meilleure façon de relancer le processus de réparation musculaire qu’avec de la protéine whey et des glucides à digestion rapide ?

Eh bien, si votre objectif est de construire des muscles, vous ne pouvez pas vous faire d’erreur avec votre shaker. Mais, si votre objectif est la perte de graisse, c’est alors incontournable de ne pas commettre d’erreur.

Erreur n° 1 : surdosage de sucre

La fenêtre après l’entrainement est reconnue comme étant le meilleur moment pour consommer du sucre parce que les glucides à digestion rapide seront livrés directement à vos muscles. Il n’y a pas de meilleur moment pour cette livraison rapide qu’après vos exercices. Vos muscles agissent comme une éponge, absorbant tous les nutriments sur leur passage.

smoothie-post-workout

Mais cela ne signifie pas que vous devriez mettre votre jus de fruit et Nutella dans votre smoothie postentrainement !

Choisir une approche riche en sucre après l’entrainement peut avoir 2 inconvénients majeurs :

  • Les calories s’ajoutent et elles s’ajoutent rapidement. Votre smoothie protéine Nutella et banane peut approcher 1000 calories. Pour quelqu’un qui suit un régime de 1800 calories par jour… vous voyez le résultat.
  • Le sucre ne rassasie pas. La nature de digestion rapide de vos ingrédients aide à reconstruire vos réserves de glucides, mais il ne vous donne pas la sensation d’être rassasié pour autant. Ainsi, vous avez consommé un grand pourcentage de vos calories quotidiennes et vous aurez faim très rapidement après.

C’est la recette d’un désastre pour votre diète.

Erreur n°2 : Votre shaker est votre plus grand repas du jour

Beaucoup de pratiquants de musculation, fitness, mangent leur plus grand repas de la journée après leur entrainement. Si ce repas est un shaker, cela signifie inclure la moitié de votre cuisine dans votre shaker post-workout. Cependant, lorsque vous suivez une diète, cela pourrait être contre-productif et jouer contre vous, surtout si vous vous entrainez le matin ou tard le soir.

meilleur-moment-shaker-post-entrainement

Le résultat est une distribution très asymétrique des calories, celles qui vous laissent affamé et fatigué pour une bonne partie de la journée.

Solution : cessez de penser que vous avez besoin d’un shaker post-workout

Vous n’avez pas besoin d’un shaker après l’entrainement.

Vous pouvez toujours récupérer, prendre du muscle et devenir plus fort en optant pour des aliments dits solides plutôt que liquide à digestion rapide après votre dernière série. De plus, ce choix permettra de ne pas avoir faim pour les heures à venir. Les aliments solides sont généralement plus rassasiants que les liquides. C’est parce que l’acte de mâcher stimule les signaux de satiété qui sont envoyés à votre cerveau et que les liquides se digèrent plus rapidement que les aliments solides. (1)

Sélectionner un repas de récupération avec des aliments solides vous donnera la possibilité de consommer des aliments riches en fibres. La fibre ralentit considérablement la digestion, ce qui contribue à se sentir rassasié pendant de nombreuses heures à venir. Même si vous jetez de l’avoine et des fruits dans votre blender, la puissante lame va complètement désintégrer les fibres d’amidon, rendant l’amidon moins amylacé.

Considérez plutôt une assiette de protéines maigres, des glucides sains et beaucoup de légumes. Et, bien sûr, buvez beaucoup de liquides aussi. Cette combinaison favorisera la récupération et la sensation de satiété. En outre, pour éviter les sensations de faim tout au long de la journée, vous pouvez répartir plus uniformément vos calories, plutôt que de la conserver pour le repas post-entrainement.

Référence scientifique :

  1. Wijlens, A. G., Erkner, A., Alexander, E., Mars, M., Smeets, P. A., & Graaf, C. (2012). Effects of oral and gastric stimulation on appetite and energy intake. Obesity20(11), 2226-2232.
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom