Savoir lire les étiquettes des produits que vous achetez

savoir lire étiquettes produits supermarché

Il est primordial de savoir ce que vous achetez et donc de savoir lire les étiquettes des produits que vous achetez.

On le sait, les lobbys font pression pour empêcher ou retarder que l’on puisse apposer un code couleur sur les produits des supermarchés et on sait pourquoi, d’une part beaucoup de produits vendus sont mauvais pour la santé et ces produits rapportent beaucoup d’argent.

Votre presque unique arme est de savoir déchiffrer les étiquettes des produits que vous achetez.

1 La liste des ingrédients

C’est la base pour comprendre la composition de vos produits.

Ils sont toujours indiqués dans un ordre précis, de la quantité la plus importante à la moins importante.

Grâce à cette astuce, on peut rapidement se faire un avis (souvent négatif) sur la composition de certains produits.

En gros, le premier ingrédient affiché sur l’étiquette correspond à l’ingrédient que l’on retrouve en plus grande quantité dans le produit.

La seconde astuce est d’éviter les produits qui affichent plus de 4 ou 5 ingrédients.

liste ingrédient produit

2 Les pourcentages

Sur certaines étiquettes, on retrouve également des pourcentages.

Cette information est obligatoire pour le fabricant à partir du moment où il met en avant la présence d’un ingrédient particulier.

Ces pourcentages sont très utiles pour vous permettre de comparer des produits.

On peut alors distinguer les produits mauvais pour la santé qui se trouvent en grande quantité dans votre produit. On retrouve souvent dans les produits du quotidien :

  • Aspartame
  • Glutamate E621
  • Graisses animales : riches en acides gras saturés et en cholestérol
  • Huile végétale hydrogénée : les huiles sont solidifiées et crée des acides gras trans, néfastes pour la santé
  • Huiles végétales : si l’origine n’est pas indiquée, c’est que l’huile est de mauvaise qualité
  • Huile de palme, huile de coprah : huiles de faible qualité et mauvaises pour l’environnement
  • OGM : liste disponible sur le site de Greenpeace
  • Sucralose
  • Sirop de glucose-fructose : sucre de faible qualité

3 Les additifs

On distingue les additifs avec la lettre E, suivie du :

  • 1 : indique un colorant
  • 2 : conservateur
  • 3 : antioxydant
  • 4 : épaississant ou stabilisant
  • 5 : correcteur/régulateur ou antiagglomérant
  • 6 : exhausteur de goût
  • 9 : cire, gaz de propulsion ou édulcorant

Voici des tableaux complets récapitulatifs des additifs à éviter.

Ces listes ne sont pas exhaustives, vous trouverez encore plus d’informations dans le guide très pratique Danger additifs alimentaires de Corinne Gouget.

Additifs cancérigènes :

AdditifNomUtilisationAliments concernésToxicité
E127Érythrosine (rouge)ColorantCerises cocktails, confitesHyperactivité, problème de thyroïde. Pourrait être cancérigène.
E129 à E133Rouge Allura AC, bleu patenté V, carmin, bleu brillant FCFColorantsConfiseries, glaçage dessertHyperactivité, allergies. Probablement cancérigènes et mutagènes.
E249 et E250NitritesConservateursCharcuteries, salaisonPourraient empêcher le transport de l’oxygène dans le sang, hyperactivité, asthme, insomnie. Pourraient être cancérigène.
E310Gallate de propyleAntioxydantGâteaux, friandisesHyperactivité, asthme, troubles digestifs. Pourrait être cancérigène.
E321ButylhydroxytoluèneAntioxydantPâtes pour biscuits, tartes aux fruitsTrouble du système reproductif et sanguin. Pourrait être cancérigène.
E951AspartameÉdulcorantProduits allégés et diététiquesNeurotoxique, certainement cancérigène.
E952Acide cyclamiqueÉdulcorantAliments réduits en caloriesInterdit au États-Unis depuis 1969. Probablement cancérigène.
E955SucraloseÉdulcorantProduits allégés et diététiquesDestruction du système immunitaire.

Maladies neurodégénératives :

AdditifNomUtilisationAliments concernésToxicité
E173AluminiumColorantCertains gâteaux, produits laitiers et bonbonsCe métal est soupçonné d’aggraver les maladies de démence de type Alzheimer et Parkinson.
E554 à E559SilicatesAntiagglomérantsSoupes en sachet, fromages empaquetésPeuvent contenir de l’luminium, suspectés de favoriser les maladies neurodégénératives type Alzheimer et Parkinson.
E620 à E625Exhausteur de goûtGlutamateQuasiment dans tous les plats préparés, chips, produits de régime « light » et « sans sucre », bouillon cube et certains arômesProduits très contestés. Neurotoxiques, ils pourraient jouer un rôle dans le développement de maladies neurodégénératives. Aggravation de tumeurs et cancers.

Allergies :

AdditifNomUtilisationAliments concernésToxicité
E102TartrazineColorantChips, boissons, bonbonsAllergies de type asthme, urticaire. Pourrait être cancérigène.
E104Jaune de quinoléineColorantGlaces aux fruits, sodas, confiseriesHyperactivité, asthme, eczéma, troubles de la vue. Pourrait être cancérigène.
E110Jaune orangeColorantConfiseries, saucesAllergies, asthme, hyperactivité, insomnie. Pourrait être cancérigène.
E210 à E213BenzoatesConservateursBoissons sucrées, confiseries, produits de la merPeuvent provoquer des allergies cutanées, digestives et respiratoires. Troubles neurologiques.
E220 à E228SulfitesConservateursVins, bières, purée en flocons, moutardes, fruits séchésAllergies, troubles digestifs, rhumes, nausée, asthme.

Diarrhées :

AdditifNomUtilisationAliments concernésToxicité
E406Agar-agarGélifiantErsatz pour la gélatine (bonbons à gomme, gelées, crèmes glacées)En consommation importante : diarrhées
E410Gomme de caroubeÉpaississantGelées, confitures, pâtisseriesEn consommation importante : diarrhées
E420SorbitolÉdulcorantDesserts garnituresEn consommation importante : diarrhées
E421MannitolÉdulcorantDesserts garnituresEn consommation importante : diarrhées
E461 à E464Méthylcellulose, hydroxypropylméthylcellulose, éthylméthylcelluloseÉpaississantGâteaux, soupes, sauces, poissons panés, yaourts, crèmesEn consommation importante : diarrhées
E466 à E4468CarboxyméthylcellulosesÉpaississantGâteaux, soupes, sauces, poissons panés, yaourts, crèmesEn consommation importante : diarrhées

4 Les allergènes

L’allergène est une substance capable de provoquer à son contact une ou plusieurs réactions allergiques chez un individu préalablement sensibilisé.

12 catégories d’allergènes européennes sont obligatoirement à déclarer :

  • Arachide
  • Crustacé
  • Dioxyde de soufre (ou anhydride sulfureux)
  • Fruits à coque (noix, noisettes,…)
  • Gluten (céréales comme le blé, seigle, avoine, orge)
  • Graines de sésame
  • Lait (produits laitiers et lactose)
  • Moutarde
  • Œufs
  • Poisson
  • Soja
  • Sulfites (surtout dans le vin)

5 Produits « à base de »

Lorsque vous lisez sur les produits « à base de » et « saveur », méfiez-vous, car les marques ont (malheureusement) le droit de l’indiquer pour seulement une infime quantité…

Donc elles peuvent pondre un produit qui parait alléchant et rassurant, mais qui pourtant ne l’est pas, en profitant de la loi.

6 Sans sucre

Là encore, les marques peuvent jouer sur les mots pour vous flouer habilement.

« sans sucre » : comporte moins de 0,5 gr de glucides pour 100 gr, ou 100 ml pour les boissons

« sans sucre ajouté » : aucun sucre n’a été ajouté dans le produit

« allégé en… » : la teneur en énergie, sucres, matières grasses ou en alcool est réduite comparativement à un produit dit de référence.
Le pourcentage d’allègement est indiqué sur l’emballage.

« sans sucre » : ne contient pas de saccharose, mais peut contenir des glucides.
En gros, les chewing-gums et bonbons « sans sucre » sont tout autant caloriques que d’autres bonbons.

chewing gum sans sucre

7 Tableau des valeurs nutritionnelles

Présent sur les étiquettes de vos produits, il indique la valeur énergétique en Kcal (kilocalorie) du produit pour 100 gr. On y retrouve également la quantité de protéine, lipide, glucide et sucre.

Les produits « de régime » revendiquent par cette appellation un aspect diététique, mais ne sont pas pour autant moins caloriques, il suffit de comparer les valeurs nutritionnelles.

Certaines crèmes dessert allégées seront allégées en graisse, mais aussi sucrées que la recette classique !

tableau valeurs nutritionnelles

8 Date de consommation

Dernier point pour tout savoir sur les étiquettes de vos produits, la date de consommation.

DLC : ou date limite de consommation, est la date au-delà de laquelle la consommation du produit présente un danger pour la santé (intoxication alimentaire)

DLUO : ou date limite optimale d’utilisation. C’est la date au-delà de laquelle les qualités nutritives et gustatives d’un produit ne sont plus garanties. Ceci ne signifie pas forcément que sa consommation soit dangereuse pour votre santé. Elle apparait sous la forme « A consommer de préférence avant jour et/ou mois + année) ».

Voilà, à présent plus d’excuses pour ne pas bien sélectionner les produits que vous consommez. Soldat, vous êtes paré !

Lisez-vous les étiquettes des produits que vous achetez ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom