Rhabdomyolyse et musculation : plus de muscle en l’évitant

0
Rhabdomyolyse musculation

La rhabdomyolyse est un état rare mais grave, causé par les dommages aux tissus musculaires qui sont de plus en plus fréquents chez les athlètes de haut niveau et novices qui se poussent au-delà de leurs limites dans un large éventail de pratiques sportives.

Rhabdomyolyse vient du grec « rhabdo » qui signifie « rayé »,  « myo » signifiant « muscle » et « lysis » pour « destruction ». En d’autres termes, les cellules musculaires squelettiques se dégradent rapidement libérant leur contenu dans le flux sanguin.

Début août 2017, le New York Times a publié une histoire détaillant l’augmentation alarmante d’un problème appelé rhabdomyolyse ou rhabdo. Rhabdo a été un sujet brûlant dans la communauté de la musculation depuis des années et a souvent été lié à l’entrainement de style Crossfit. Mais l’article ne portait pas sur le Crossfit, il s’agissait d’une classe d’exercices de groupe (group training) que vous pouvez faire dans à peu près n’importe quelle salle de sport de nos jours, avec une communauté couvrant tous les âges et niveaux de condition physique : le spinning (vélo de cours). (1)

Comment ? Le cours de vélo peut être dangereux ? C’est vrai. Et avant de rire, pensez que la rhabdomyolyse est quelque chose de sérieux. Elle se produit lorsque les tissus musculaires endommagés se décomposent rapidement et que les cellules musculaires endommagées fuient leur contenu dans le flux sanguin, qui est ensuite filtré par les reins. Ce processus se traduit par une urine colorée, une douleur musculaire intense et une faiblesse musculaire.

La rhabdomyolyse induite par l’exercice entraîne des conséquences potentiellement graves, y compris des lésions rénales permanentes, des dommages musculaires graves, des arythmies cardiaques et même la mort. (2-3) Pour aggraver les choses, il n’existe pas de conditions préexistantes définitives pour prédire si certains individus risquent davantage de développer des rhabdo que d’autres. Bien que si vous avez eu une rhabdomyolyse dans le passé, vos « chances » d’en développer à nouveau une sont nettement plus élevées.



Ce n’est pas exactement ce que vous aviez à l’esprit lorsque vous avez sauté sur le vélo après le travail n’est-ce pas ? Bien que la rhabdo soit un phénomène bien documenté chez les militaires de haut grade et le personnel d’intervention d’urgence, le New York Times a cité la popularité croissante des idéologies des exercices à haute intensité, en lien avec l’augmentation des cas de rhabdomyolyse signalés pour les civils. Voici ce que vous devez savoir pour l’éviter.

Écoutez votre douleur

Dans presque tous les cas signalés, les patients ont affirmé avoir subi une douleur musculaire intense pendant l’exercice, mais ils se sont entrainés tout de même, malgré cet avertissement. Dans une étude scientifique récente, les chercheurs ont conclu qu’une étape vers la prévention consiste à accroitre la sensibilisation et l’éducation entourant la rhabdomyolyse induite par l’exercice pour les personnes qui participent à un exercice physique intense, ainsi que celles qui supervisent l’exercice physique. (4)

Rhabdomyolyse définition

En outre, ces chercheurs ont constaté qu’un taux d’effort perçu simple d’effort peut être utile pour évaluer si l’exercice était trop intense et avait le potentiel de provoquer une rhabdomyolyse. Bien qu’ils aient constaté qu’un exercice d’intensité maximale est un facteur important de risque, une étude de cas publiée en 2015 a révélé que l’exercice de faible intensité et de répétition était la cause de la rhabdomyolyse chez une femme de 23 ans. (5)

Ce que vous pouvez faire

Il incombe à la fois au pratiquant et au coach sportif de se responsabiliser quant à la menace potentielle d’rhabdomyolyse. Des études scientifiques montrent que l’incidence de rhabdo à partir de l’automne 2014 a coïncidé avec la mise en avant des médias et de nouvelles tendances d’entrainement. (3) En d’autres termes, ne vous jetez pas dans une nouvelle activité sans une petite période de montée en puissance.

En ce qui concerne la musculation, les experts conviennent que les débutants devraient commencer à une intensité plus faible et augmenter progressivement l’intensité dans le temps, avec une charge utilisée recommandée de 60 à 70 % du 1RM pour 3 séries de 8 à 12 répétitions pour augmenter la résistance. (6-7) N’essayez pas vous surentrainer la première fois que vous mettez ou remettez le pied dans la salle de gym.

Vous avez la sensation  ? Considérez cela comme un autre signe pour vérifier par vous-même. Laissez un coach sportif de qualité ajuster votre niveau de résistance, en fonction de votre niveau. Vous pousser jusqu’à vomir n’est pas une bonne idée.

Écoutez votre corps, ne vous laissez pas intimider ou brutaliser par un entrainement trop difficile et n’ayez pas peur de vous arrêter lorsque vous ressentez de la douleur.

Références scientifiques :

1234567
1- O’Connor, A. (2017, July 17). As Workouts Intensify, a Harmful Side Effect Grows More Common. Retrieved August 14, 2017, from https://www.nytimes.com/2017/07/17/well/move/as-workouts-intensify-a-harmful-side-effect-grows-more-common.html
2- Tietze, D. C., & Borchers, J. (2014). Exertional rhabdomyolysis in the athlete: a clinical review. Sports Health, 6(4), 336-339.
3- Rhabdomyolysis—National Library of Medicine—PubMed Health. (n.d.). Retrieved August 14, 2017, from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMHT0024696/
4- Apeland, T., Danielsen, T., Staal, E. M., Åsberg, A., Thorsen, I. S., Dalsrud, T. O., & Ørn, S. (2017). Risk factors for exertional rhabdomyolysis with renal stress. BMJ Open Sport & Exercise Medicine, 3(1), e000241.
5- Tran, M., Hayden, N., Garcia, B., & Tucci, V. (2015). Low-intensity repetitive exercise induced rhabdomyolysis. Case Reports in Emergency Medicine, 2015.
6- Khalil, M. A., & Saab, B. R. (2016). Resistance exercise-induced rhabdomyolysis: Need for immediate intervention and proper counselling. Australian Family Physician, 45(12), 898-901.
7- Kraemer, W. J., Adams, K., Cafarelli, E., Dudley, G. A., Dooly, C., Feigenbaum, M. S., … & Newton, R. U. (2002). American College of Sports Medicine position stand. Progression models in resistance training for healthy adults. Medicine and Science in Sports and Exercise, 34(2), 364-380.
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom